Réseau des ASL de la Loire

Forum d'échanges entre les acteurs des ateliers sociolinguistiques de la Loire
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Compte-rendu du 12 juin 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marija



Messages : 9
Date d'inscription : 09/11/2013

MessageSujet: Compte-rendu du 12 juin 2013   Sam 9 Nov - 2:21

4° RENCONTRE DES ATELIERS SOCIO-LINGUISTIQUES 12 juin 2013

Participant-e-s :
Jean, Orane, Patricia (ALPHA)
Marija (Centre de Formation  IFRA)
Lionel (Le Babet)
Marion Quinson (Médiathèque de Beaulieu )
Annick Fritsh-El Batrawi (Centre Social Montbrison )
Elizabeth Métayer (Maison de Quartier Crêt de Roch)
Jacqueline Bernard, Geneviève Ruat, Agnès Vassel (Centre Social Beaulieu)
Jean-Luc Grec, Thierry Montagner, Stéphanie Regnault (Créactifs Le Chambon Feugerolles )
Yvette Laporte (ACTIS)
Philippe Linossier (enseignant CRI)



Débat

La discussion se centre sur l'alphabétisation.
- Elle nécessite la mise en place de stratégies spécifiques et une individualisation de l'apprentissage. Il faut intégrer que l'apprentissage est LENT, il serait bon d'expliquer aux apprenants que ce sont eux les moteurs de l'apprentissage, une implication forte leur permettra d'avancer plus vite. -

- Au Centre Social de Beaulieu, une évaluation est effectuée en septembre pour « sélectionner » les apprenants selon leur implication.

- Un stage intensif plus court n'est pas obligatoirement plus productif qu'une participation plus ou moins régulière à des ASL. Certaines personnes donnent l'impression de venir davantage pour se socialiser que pour apprendre mais ce facteur social leur permet de progresser. N'oublions pas que la notion de plaisir entre en jeu dans n'importe quel apprentissage.

- L'hétérogénéité n'est pas nécessairement une gêne ou un frein à la progression car l'entraide, l'interaction sont facteurs de progrès. De la même façon, il n'est pas obligatoire de séparer l'alphabétisation du FLE. L'hétérogénéité est plus difficile à gérer selon les proportions alpha/FLE et selon que l'on est un ou plusieurs animateurs. L'hétérogénéité des animateurs est, elle aussi, source d'évolution : chacun, apprenant et animateur, a un talent (au moins !),  et l'individu se développe, s'épanouit grâce au collectif.

- Comment intégrer les nouveaux ? A quel moment ? Les entrées et sorties permanentes des participants entraînent un travail plus centré sur l'individu et son projet. S'ils arrivent tard dans l'année, cela leur permet au moins d'éliminer leurs peurs et la découverte sera source de motivation.
Les moyens pédagogiques sont nécessairement divers même s'ils convergent vers le même but : l'alphabétisation. La configuration des locaux ou de la structure d'accueil n'est pas neutre (un centre social est plus ouvert, permettra d'autres activités, des échanges). Les apprenants peuvent suggérer d'autres pédagogies, une autre façon de procéder et, parfois, c'est mieux que ce que l'on avait préparé !

- En alphabétisation, on ne donne pas de consigne écrite, on laisse chercher, batailler et surtout on expérimente, on part du vécu. Partir d'un thème proche, qui touche incite à prendre la parole, donne de l'énergie.

- L'observation est capitale : on repère l'évolution, les progrès de chacun. Lorsque les apprenants se « révoltent », c'est un signe clair d'évolution : ils ont compris et ils réagissent.

- Comment enseigner sans passer par un vocabulaire théorique ? On peut utiliser des objets qui vont matérialiser les différents éléments de la phrase, le corps pour traduire un concept (une ligne courbe en ondulant).

- Intérêt de l'outil informatique : il est source de remédiation car il élimine l'affectif (« j'écris mal ») en instaurant une distance, écrire n'est plus un geste physique reliant à son propre corps, à ses faiblesses. Dans le même sens, on peut utiliser les lettres mobiles pour apprendre à composer des mots, des phrases. Ensuite, chacun doit pouvoir se fabriquer sa propre écriture (dans la mesure où elle permet de transmettre un message), d'où la nécessité de proposer plusieurs modèles.

- Le français avec son orthographe parfois très éloignée de la prononciation entraîne une réflexion sur les différences et un retour à la langue de chaque apprenant. On le voit à l'occasion de la transcription des prénoms qui est parfois compliquée ; cela peut être l'occasion d'une réflexion, d'un travail sur les noms propres et les noms communs.

- Deux questions seront à reprendre :
* qu'est-il important d'apprendre ? De quoi ne devons nous pas nous encombrer ?
* l'illettrisme : que faisons-nous ? (suggestion d'interpeller les élus)

La discussion montre l'intérêt de ce réseau qui permet des pratiques différentes, cette diversité étant vécue comme une source d'enrichissement mutuel.


Compte-rendu de l'expérimentation du module proposé par La Poste :
avec Créactifs

La Poste propose une opération clef en mains pour faciliter l'accès de ses différents services aux publics défavorisés (nous ne sommes pas dupes, il s'agit bien d'une opération de communication avec un intérêt commercial mais c'est une occasion de sortir des murs, d'acquérir de l'autonomie, surtout pour les femmes). Elle se compose d'une série de modules concernant différentes opérations bancaires, il y a un power-point, un quizz. Le vocabulaire utilisé est inévitablement un jargon spécialisé qu'il faut retravailler et adapter. Elle a été menée de janvier à juin, en atelier ASL et hors les murs.

Après discussion avec les apprenants, Créactifs a sélectionné 4 activités : remplir un chèque,  un bordereau de remise de chèque, envoyer une lettre recommandée, de l'argent à l'étranger. Cela a entraîné tout un travail linguistique : écriture des chiffres et des nombres, alternance toi/moi, vocabulaire spécifique...

La mise en pratique s'est faite par petits groupes de 4/5 personnes en lien avec le bureau de poste pour pouvoir effectuer des opérations blanches.

Cette activité a suscité des questions, créé des besoins, (utilisation d'un Distributeur Automatique de Billets, virements, lire un relevé de compte, etc.) qui entraînent un travail sur d'autres modules.
avec ALPHA

Le public n'est pas le même : il est composé essentiellement de demandeurs d'asiles qui n'ont la plupart du temps aucune ressource et sont donc peu intéressés pour effectuer des opérations bancaires. En revanche, ils sont souvent à l'aise avec les DAB et dans un groupe mixte, ils joueront un rôle important en partageant leurs savoirs, ce qui les valorisera.

Cette expérience est jugée plutôt positive et suscite l'envie de monter des opérations de ce style avec la CAF ou d'autres administrations. Il sera intéressant de constituer un répertoire des contacts avec celles-ci. A vos carnets, si vous êtes de la génération papier !!! Puis transmettez à la boîte mail du réseau ; les nouvelles technologies ont aussi du bon... (Si vous souhaitez travailler avec la poste, contactez Thierry Montagner)


Pour la prochaine rencontre, nous proposons de traiter un thème par demi-journée :
les besoins de formation des salariés et des bénévoles (accueil des nouveaux, formés par qui?)
le fonctionnement en réseau et le financement  (des ASL et du réseau)

Pour que chacun puisse participer à une rencontre dans l'année nous changeons de jour et choisissons un vendredi le 6 septembre 2013, de 9H à 16H, au Chambon Feugerolles (sous réserve des disponibilités des locaux).

Rédigé par Patricia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Compte-rendu du 12 juin 2013
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COMPTE RENDU PROCES DU MARDI 18 JUIN 2013
» Montlhéry, 22 et 23 juin 2013
» Compte-rendu du marathon de New-York 2013
» Compte rendu détaillé de la Réunion FFC : Projets 2013
» compte rendu A.G du 10 mars 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Réseau des ASL de la Loire :: Le réseau ASL Loire :: Les comptes-rendus-
Sauter vers: